Au Coeur de Soi
Au Coeur de Soi

Afficher l'image d'origine

Selon les Toltèques, la vie est un rêve collectif construit par les pensées de chacun d’entre nous. Nous apprenons à nos enfants une conception de la vie, des règles à respecter, des conventions sur lesquelles chacun va calquer son propre rêve, sa propre vision du monde. Dans ce sens, nous sommes tous des artistes : chacun d’entre nous crée par la pensée un monde personnel, qui est influencé par ce qu’il reçoit du monde extérieur. Peu à peu, nous passons aussi des accords avec nous-mêmes sur notre identité, sur nos opinons, sur la vie en général. Le problème est que ces conventions sont souvent contradictoires. Chaque aspect de notre personnalité exprime un avis différent, et ces pensées se bousculent en permanence dans notre tête. Le pire, ce sont les voix intérieures nées de nos peurs. Pour mener une vie joyeuse et épanouissante, il faut trouver la force de briser ces conventions issues de la peur, qui ébranle nos forces.

 

Les Accords Toltèques, c’est quoi?

Les Accords Toltèques enseignent comment prendre la responsabilité de nos vies en s’alignant sur nos ressentis. En les suivant, nous retrouvons la liberté de créer un nouveau rêve merveilleux.

 

Premier accord toltèque : Que votre parole soit impeccable

Il s’agit d’apprendre à s’exprimer de façon consciente, c’est à dire en veillant à exprimer des choses qui nous appartiennent, de façon positive. Il est également utile de surveiller nos pensées et d’apprendre à ne plus nous juger sévèrement.

C’est d’autant plus important que beaucoup de personnes, que ce soit des adultes ou des enfants, se dévalorisent souvent: « je suis nul, je ne suis pas à la hauteur, je n’y arriverai pas, je suis gros, je suis vieux etc… »

Je n’utilise pas la parole pour parler en mal de moi ou d’une autre personne.

Je parle de ce que je ressens et pense vraiment.

J’utilise la parole au service de la vérité et de l’amour.

J’essaie de surveiller mes pensées. Je ne les laisse pas me faire croire que je ne suis pas à la hauteur, incapable ou moins bien que les autres.

 

Deuxième accord : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Il est conseillé de ne pas prendre les choses de façon personnelle: ainsi, il nous faut apprendre, et nos enfants avec nous, à ne pas prendre pour nous ce qui est fait ou dit par autrui.

On part du principe que chacun vit dans sa bulle, et que ce qu’il dit ou fait est fait en fonction de ses propres filtres, valeurs, histoires. Donc si quelqu’un dit ou fait quelque chose de blessant pour nous, il ne faut pas le prendre mal, ou le prendre pour nous. Il faut le relâcher, et le replacer dans le contexte: cela appartient à l’autre.

De même un compliment ne nous est pas vraiment adressé: il parle de ce qui est agréable à l’autre, mais pas de ce que l’on est.

Enseigner à un enfant de ne pas tenir compte des moqueries, ou des compliments de ses pairs n’est pas évident. L’enfance est une période vulnérable où l’enfant construit aussi sa personnalité en fonction de son entourage, d’où l’importance de lui offrir un environnement sain basé sur le respect, mais aussi lui fournir des modèles fiables de parents ancrés et conscients qui savent ne pas prendre les choses de façon personnelle.

Chacun vit dans sa bulle et dans son rêve.

Je ne suis pas responsable des actes et des paroles des autres.

Ils ne sont pas responsables de mes paroles et de mes actes.

 

Le troisième accord toltèque : Ne faites pas de suppositions

En effet, lorsqu’on suppose que telle personne agit de telle manière parce qu’elle veut probablement ceci ou cela, on ne peut que se tromper, puisque cette personne n’est pas nous, et qu’elle vit dans sa bulle, sa réalité.

Plutôt que de supposer, il est donc indispensable d’oser poser des questions, et d’écouter attentivement les réponses jusqu’à être sûr d’avoir compris. Et même quand on pense avoir compris, il peut être utile de reformuler ce que nous croyons être justes pour en être sûr. Il faut nous assurer d’avoir une compréhension aussi claire que du cristal, ceci afin d’éviter tout malentendu.

Les enfants apprennent souvent  les choses à la volée, et lorsque leurs parents demandent  le sens exact d’un mot, il n’est pas rare que leur définition soit légèrement erronée, même lorsqu’ils l’emploient dans le bon contexte. De même, lorsque vous donnez une consigne, n’hésitez pas à vous assurer que celle-ci est bien comprise, vous risquez d’avoir des surprises!

 

Plutôt que de faire des suppositions, j’ai le courage de poser des questions pour être sûr des intentions des autres.

Je communique aussi clairement que possible pour éviter les mal entendus, la tristesse et les drames.

 

Le quatrième accord toltèque : Faites toujours de votre mieux

Cet accord vous demande de toujours faire de votre mieux, afin de ne pas prêter le flanc à votre juge intérieur. En effet, lorsque vous faites de votre mieux, il est inutile de vous auto-flageller en vous lamentant de ne pas avoir mieux fait, ou de ne pas avoir fait différemment. Ce que vous avez fait, vous l’avez fait en fonction de certains paramètres, et en prenant une décision qui vous a parue juste sur l’instant.

Cet accord vous demande aussi d’être vigilant à être aligné dans votre parole et vos pensées, et de suivre les autres accords à chaque instant.

Dans le cas d’un enfant, cela lui permet probablement d’apprendre à agir de façon juste, en prenant la responsabilité de son action.

 

Mon ’’Mieux’’ peut changer selon que je suis malade ou en

bonne santé.

Je fais toujours de mon ‘’Mieux’’ pour éviter de me juger

trop durement.

 

Le cinquième accord toltèque : Soyer sceptique, mais apprenez à écouter

Enfin, pour ce dernier accord, si vous décidez de suivre cette démarche, vous vous poserez certainement des questions sur vos anciennes croyances, sur vous-même et les autres. Ecoutez attentivement ce que l’on vous dit (ou ce que vous vous dites à vous même) et interrogez votre ‘’petite voix intérieure’’ : Est-ce vrai ? Est-ce que cela me correspond ? Est-ce bon pour moi ? etc. Apprendre à bien écouter aide aussi à mieux communiquer.

 

Je reste sceptique, mais j’apprends à écouter.

Je ne crois  pas en mes propres pensées ni à ce que les autres disent.

J’utilise le pouvoir du doute pour remettre en question tout ce que j’entends. Est-ce certainement la vérité?

J’écoute l’intention derrière les mots pour ainsi comprendre le vrai message.

 

Tous ces accords sont justes et passionnants, mais pour les enseigner à nos proches, il faut les vivre, et les incarner. Ceci dit, les afficher permet de leur montrer ce que vous souhaitez réaliser, vous permet de les relire régulièrement, mais aussi leur permet peut-être d’y réfléchir peu à peu, et d’essayer, à leur tour de les appliquer.

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AU COEUR DE SOI - 2015